Les actualités

  • flux RSS
Annuaire des entreprises
17.06.2019

Vélos électriques au Pays Basque : à vous de tester !


Un système de location longue durée de 200 vélos électriques est proposé sur le territoire de la Communauté Pays Basque, ainsi que sur la ville de Tarnos par le Syndicat des Mobilités de la Communauté Pays Basque. Objectif : inciter à la pratique quotidienne et à l’achat.

Depuis le 15 avril 2019, 200 vélos électriques sont proposés en location longue durée par le Syndicat des Mobilités de la Communauté Pays Basque. Ce service, jusque-là proposé sur les 7 communes desservies par Chronoplus, est élargi aux 158 communes du Pays Basque et Tarnos. L’objectif ? Inviter les habitants à essayer le vélo électrique au quotidien et à s’équiper de leur propre vélo.

Tarifs

Pour exemple, le tarif de location de ces vélos est de 50 euros pour un mois pour le grand public, de 45 euros pour des salariés d’une entreprise inscrite à un plan de mobilités ou de 25 euros pour des personnes bénéficiaires de minimas sociaux. D’autres tarifs sont proposés selon la durée de la location.

+ d’infos sur les tarifs : www.velo-paysbasque.fr 

Conditions

Il est possible de louer le vélo pour 1 ou 2 mois au choix, renouvelable une fois (maximum 4 mois). L’inscription au service et la réservation du vélo se font via le site : www.velo-paysbasque.fr. Un accueil par une personne est prévu pour la signature du contrat et l’état des lieux de fin de contrat sur 11 points d’accueil : les Maisons de la Communauté de Amikuze, Errobi, Garazi Baigorri, Iholdi Oztibarre, Pays de Bidache, Pays de Hasparren, Nive Adour, Soule Xiberoa, l’Agence Chronoplus de Biarritz, la Maison des Associations de Bayonne et le CTM de Saint-Jean-de-Luz.

+ d’infos :www.velo-paysbasque.fr

Le saviez-vous ? Le Syndicat des Mobilités propose une subvention sous conditions de ressources pour l’achat d’un vélo électrique. Renseignements : www.velo-paysbasque.fr

Un système de vélos en libre-service verra également le jour à la rentrée sur les communes littorales. Le but est d’offrir une alternative à la voiture pour les déplacements de courte distance dits du « dernier kilomètre » et de favoriser ainsi le report modal.